Sodabi : La liqueur béninoise aux portes des bars américains
Création d’entreprise

Sodabi : La liqueur béninoise aux portes des bars américains

Le Sodabi est une liqueur obtenue par la distillation du vin de palme. C'est une boisson traditionnelle dans beaucoup de régions tropicales, très répandue en Afrique de l'Ouest. Elle revêt différents noms selon le pays, la dénomination sodabi étant utilisée majoritairement au Bénin et au Togo où elle occupe une place importante dans la vie quotidienne et religieuse.

La base du sodabi est le vin de palme, il est obtenu par fermentation naturelle de la sève de palmier, extraite de différentes espèces : le palmier à huile africain, le raphia ou et le rônier. Après la récolte, on le laisse parfois reposer jusqu'à trois jours, pour que la fermentation augmente le pourcentage d'alcool pour atteindre 3 à 6 %.

Ensuite, le vin de palme est chauffé dans une marmite. Les vapeurs d'alcool sont conduites par un tuyau qui passe dans un récipient rempli d'eau froide, où a lieu la condensation, l’alcool devient alors liquide et peut être recueilli. Une deuxième distillation est parfois pratiquée. Aujourd'hui, les récipients en terre cuite sont souvent remplacés par des bidons métalliques. Une fois l’alcool préparé, on infuse fréquemment des racines ou des plantes pour donner du goût ou des propriétés médicinales au sodabi.

Dans le but de s’internationaliser, dans un entrepôt au Bénin sont stockés des bouteilles de vin à la fois élégantes et distinguées prêtes à prendre le départ par delà l’Atlantique. Séduit par le goût brut et l’authenticité de ce nectar africain, de jeunes américains revoient la composition pour en faire une variante “ Tambour original, product of Benin” avec un taux d’alcool de 45%.

Les américains Jake Muhleman et Eric Newton, concepteurs de la boisson, décident de faire une excursion dans le Sud du Bénin pour voir le produit dans son état naturel. Ils ont eu à s’entretenir avec des producteurs locaux pour tisser des partenariats afin de produire la boisson aux Etats Unis. 

L’entreprise de production aujourd’hui dispose de trois salariés et travaille 24h/24. Le seul bémol reste évidemment  la capacité de production qui est limitée à 300 grandes bouteilles par mois, faute d'infrastructures suffisantes et le respect des normes internationales de distillerie.

Jake Muhleman prévoit de lancer une levée de fonds prochaine pour développer l'activité.

 

Aude Sharys,

Rédactrice Esprit Entrepreneur


Commentaires

Ajouter votre commentaire