Queens of Africa : Entreprendre pour redorer l'enfance des enfants africains
Création d’entreprise

Queens of Africa : Entreprendre pour redorer l'enfance des enfants africains

Les enfants africains depuis les années 50 sont environnés du monde occidental. De la gestuelle au style vestimentaire en passant par le divertissement, ils ont toujours baigné dans les découvertes technologiques et comportementales des blancs.

Lors de cette même décennie, un psychologue américain avait présenté une poupée noire et une poupée blanche à des enfants noirs. Puis il leur avait demandé avec laquelle ils voulaient jouer, laquelle était belle, gentille, moche, méchante, et enfin  laquelle leur ressemblait. Les résultats étaient atterrants. La poupée noire était moche, méchante, parce qu'elle était noire. Et ces enfants la choisissaient au moment où ils devaient désigner celle qui leur ressemblait.

Outré par cette présence de poupées blanches, qui sans qu'on ne s'en rende compte dénaturaient la fierté d'être noire chez les enfants qui ont même emmené un certains déni de leur identité, un père nigérian, Taofick voulait que sa fille soit « fière et heureuse d’être une petite fille africaine ».

L’afropreneur a alors créé deux lignes de poupées, modelées sur les trois ethnies les plus représentées au Nigeria. Il en existe deux lignes, Queens of Africa et Naija Princesses, qui sont à portée de toutes les bourses.

Deux ans plus tard, ce père de famille Nigérian occupe 15% du marché du jouet dans le pays. Sept ans plus tard, il vend entre 6.000 et 9.000 de ces créations par mois, principalement au Nigeria, mais aussi à l’étranger via internet. La demande vient particulièrement des Etats-Unis, du Brésil, d’Europe, de Côte d’Ivoire et d’Afrique du Sud. 

Le hic a été constaté qu'à la création des "black dolls", il les avaient façonné rondes et très en chair. Cela n'a pas été adopté par les petites filles noires qui par le canal des médias trouvaient que la taille idéale était la taille fine. Il s'est alors adapté à leur standard tout en gardant l'espoir qu'un jour elles accepteront d'avoir des poupées en chair comme les femmes africaines.

L' Equipe Esprit Entrepreneur


Commentaires

Ajouter votre commentaire