Le tourisme, cette richesse à reconsidérer pour l'économie gabonaise
Richesse & prospérité

Le tourisme, cette richesse à reconsidérer pour l'économie gabonaise

Au fil des décennies, le tourisme a connu un essor continu et s’est diversifié de plus en plus, au point de devenir un des secteurs économiques à la croissance la plus rapide du monde.

Le tourisme moderne est étroitement lié au développement et il englobe un nombre grandissant de nouvelles destinations. Cette dynamique en fait un moteur essentiel du progrès socioéconomique.‎

L’Afrique a accueilli 57,8 millions de touristes en 2016, soit 4,4 millions de plus qu’en 2015, apportant 34,8 milliards de dollars de recettes touristiques. Cela représente seulement 5 % du total de voyageurs dans le monde, mais leur nombre pourrait atteindre les 134 millions en 2030, estime l’Organisation Mondiale du Tourisme dans son rapport annuel publié 15 août 2017.

Le Gabon, dans le cas d'espèce est un pays riche de son paysage et de ses différentes richesses souterraines. Le seul bémol rencontré est l'ignorance des entrepreneurs de cette niche de richesse.  Dans plusieurs pays d'Afrique, le tourisme est un véritable pan de l'économie. En Egypte par exemple, les recettes touristiques du pays ont bondi de 123,5 % par rapport à l’année 2017 , atteignant 7,6 milliards de dollars (environ 6,17 milliards d’euros) en cette même année. Au Kenya par exemple, le tourisme et les voyages sont également responsables de l’emploi direct de 399 000 Kényans, soit 3,4 % de la main-d’œuvre totale en 2016. (Source Ouest-France.fr).

Composé de plusieurs parcs nationaux, des chutes extraordinaires et d'une forêt dense très prisée, le Gabon a de quoi être fier et attirer les touristes. 

1- Les parcs Gabonais

Le territoire gabonais compte treize parcs nationaux. Ces parcs sont composés d'animaux epoustouflants, dans diverses plaines laissant apparaîte une vue incontournable et une culture végétale inégalable. Les treize parcs nationaux sont (11% du territoire national) : Akanda, Pongara, Mont de Cristal, Loango, Moukalaba-Doudou, Mayumba, Lopé, Birougou, Waka, Plateaux Batéké, Mwagna, Ivindo et Minkebe. Ils permettent de valoriser l’écotourisme (en vogue sur le plan international).

2- Les chutes gabonaises 

Nous avons les célèbres chutes de Poubara, les chutes de Kongou, les chutes de la Djoumou et les chutes de Booué. Ces chutes dans des pays plus développés sont des pièges à touristes, car elles attirent beaucoup d'aventuriers et les passionnés de découvertes naturelles. Sans l'ombre d'un doute, étudier l'attractivité de ces points de chutes serait un excellent moyen de rentabiliser le tourisme au Gabon.

Selon un rapport de la Banque Africaine de Développement (BAD) publié en 2016, les principales difficultés sont l'obtention de visa, les moyens de transport et les coût de déplacement . Les capacités d'hébergement de qualité sont également faibles.

Le Gabon possède environ 3.000 chambres d'hôtels, soit moins qu'une ville française comme Clermont-Ferrand, qui compte 4 000 chambres.

Plusieurs activités sont à développer pour réellement attirer les touristes sur le territoire gabonais. De toute évidence, la nature a comblé le sol gabonais, il ne reste qu'à trouver des personnes engagées et visionnaires qui exploiteront ces ressources à bon escient pour développer l'économie touristique actuelle.

Aude Sharys,
Rédactrice Esprit Entrepreneur


Commentaires

Ajouter votre commentaire