La culture africaine et la technologie : opposition ou coopération
Dossier

La culture africaine et la technologie : opposition ou coopération

La mondialisation est la libre circulation des marchandises, des capitaux, des services, des personnes, des techniques et de l'information.

Elle désigne le processus d'intégration des marchés et de rapprochement des humains. Aujourd'hui, vous pouvez commander du vin en Espagne et le boire dans les jours suivants en Namibie : le monde ne connaît plus de frontières.

Économiquement parlant, l'export et l'import sont les principales ressources économiques traduisant la notoriété d'un Etat. Mais cette mondialisation s'est aussi impliquée dans la culture africaine. Est ce alors un avantage ou l'extinction de l'identité d'un continent ?

« La révolution numérique est en train de transformer l’Afrique. En ignorant largement la téléphonie fixe pour s’emparer directement du mobile, le continent a réalisé un grand bond sur le plan technologique. Une évolution qui ouvre le champ des possibles en matière d’éducation – notamment pour les filles –, d’emploi des jeunes, et laisse espérer une croissance endogène, durable et inclusive. » déclare le magazine le Monde.

L'Afrique compte 1,2 milliards d’habitants en 2017, le continent africain recenserait 2,5 milliards d’âmes en 2050 et devrait atteindre 4,4 milliards en 2100.  On dénombre environ 2 000 groupes ethniques sur le continent africain et à Madagascar. Ce qui montre plus de 2000 rites et traditions différentes.

La mondialisation, qui apporte la numérisation et l'innovation technologique n'est pas à blâmer, car dans un monde compétitif et en perpétuel évolution, il est normal que chaque jour des inventions voient le jour. Car aujourd'hui, la médecine moderne soigne beaucoup plus de maux qui étaient avant des sujets tabous et qui inspiraient la peur.  Pour exemple, nous avons l'application M-Pedigrees au Ghana qui génèrent des fonctionnalités innovantes face aux médicaments contrefaits. 

Mais la mondialisation c'est aussi l’homogénéisation du monde : la religion, la culture et d’autres aspects qui semblent être à l’apogée de la civilisation du monde. On peut penser que tous les aspects de la vie vont devenir en meilleurs. Quand on parle de globalisation, un paysan d’un village au Cameroun, au Burundi ou au Congo se croit dirigé par Obama et non par son président actuel. 

Car bien qu'il y ait import des marchandises, il y a aussi import de nouvelles pratiques commerciales, de nouvelles cultures. L'Afrique a perdu le sens de sa culture : ses danses, ses coutumes, sa médecine traditionnelle et aussi son écosystème.

La question posée demeure alors : l' Afrique est-elle prête à perdre son identité pour rentrer dans la course au progrès technique ?

L'Equipe Esprit Entrepreneur


Commentaires

Ajouter votre commentaire