L’entrepreneur politicien : 4 faits à savoir sur cet acteur économique
Auto-emploi

L’entrepreneur politicien : 4 faits à savoir sur cet acteur économique

La théorie de l’entrepreneur politique est à la frontière des sciences politiques et des sciences économiques. Elle s’inspire, quelle que soit son origine disciplinaire de la théorie autrichienne des processus de marché (SHEINGATE, 2003). Cette théorie est relative et provient des recherches de Wagner. WAGNER utilise la notion d’entrepreneur politique pour critiquer le mode de résolution du paradoxe de l’action collective proposé par OLSON (1965).

Sans en faire un cours d’histoire, l’entrepreneur politique est une personne qui occupe une position politique lui donnant un pouvoir. En tant qu’agent du changement institutionnel, ce pouvoir lui permet soit d’imposer ses réformes aux les producteurs pour les spolier, soit de maximiser son bien-être individuel ou celui de la collectivité.

Dans cet article, il est question de vous révéler quatre faits sur cette pratique souvent aperçue mais mal connue par les tierces personnes.

 

1.L’entrepreneur politicien est un fin stratège

Il sait identifier les opportunités pour réaliser ses objectifs organisationnels ou créer de la valeur entrepreneuriale en canalisant les ressources et en utilisant l’influence politique. En d’autres termes, l’entrepreneur politicien est une personne qui sait voir où est le besoin du consommateur et utilise son rang politique pour pouvoir répondre à ce besoin, tout en faisant bonne figure pour sa réélection. Par exemple, si l’entrepreneur politicien est un maire, il pourrait très bien créer un espace pour les commerçants de sa commune et faire payer à moindre coût les étales pour les intéressés. Il investira dans l’achat d’une parcelle, des travaux d’aménagements et de bâtiments qu’il récupérera par la suite. Son intervention serait bien perçue par les populations, tandis qu’il se fera du profit de la situation. Ainsi, lors des prochaines municipales, il pourra compter sur les voix du groupe que l’on appelle « les commerçants » dans sa commune pour sa réélection.

 

2. Un entrepreneur-politicien est différent d’un politicien-entrepreneur

Les entrepreneur-politicien sont des acteurs qui sont passés du champ économique à la politique, en considérant cette dernière comme une forme d’entreprise. Leur objectif est de chercher à obtenir de l'influence au sein de l'État pour conquérir des avantages, mais l'accès au pouvoir n'ouvre pas sur un patrimoine privé d'origine publique. En version simplifiée, un entrepreneur-politicien est un acteur économique qui possède une entreprise mais qui souhaite avoir un pouvoir dans la politique afin de pouvoir accès à plus de ressources pour accroître sa richesse.  En entrant en politique, c'est-à-dire en accédant à l'État, les chefs d'entreprises cherchent à faire fructifier et à sécuriser leurs affaires. Mais l'État ne devient pas un bien économique en tant que tel pour eux. Le pouvoir peut être une source de richesse, mais seulement dans le sens d'une augmentation de celle-ci.

 

3. On devient entrepreneur-politicien pour influer sur les réformes institutionnelles

La démarche de l’entrepreneur-politicien est dirigée vers des acteurs ou des institutions, publics ou politiques, dont il faut influencer les décisions. Les décisions d’import-export, les conditions de vente, les décrets liés à la commercialisation, ce sont tous là les motivations pour lesquelles un entrepreneur pense à avoir du pouvoir. Il veut avoir du pouvoir pour ne plus être soumis simplement aux réformes prises par les hommes influents sur ses activités, mais veut tenir le levier des négociations commerciales soit pour s’enrichir lui-même soit dans l’intérêt de la communauté.

 

4. L’entrepreneur-politicien est un créateur de richesses

L’entrepreneur politique se doit de créer par les réformes institutionnelles qu’il permet plus de richesses pour l’économie qu’un simple entrepreneur. A la place de créer des barrières stratégiques telles que : la faible périodicité des élections, l’absence de référendum d’initiative populaire, la sélection des élites politiques dans des réseaux fermés et opaques, l’entrepreneur politique doit créer des espaces favorisant l’expansion de l’entrepreneuriat. Pour citer quelques réformes qui devraient inciter les jeunes à entreprendre : des concours de projets, des salons de l’entrepreneuriat, l’insertion de l’entrepreneuriat dans le système scolaire, etc.

 

Aude Sharys


Commentaires

Ajouter votre commentaire