L' E-market : En Afrique, est-ce possible ?
E-commerce

L' E-market : En Afrique, est-ce possible ?

Aujourd'hui, habitant dans un monde où tout tourne à grande vitesse, il était important de simplifier certaines transactions et de faciliter la vie des populations. En Afrique, plusieurs femmes avec l'émancipation du genre féminin, n'ont plus assez de temps entre leur emploi, le rôle de maman et celui de femme dans la maison de faire les courses en prenant leur temps.

Entre autres, des analyses de McKinsey, 167 millions d’Africains ont déjà accès à internet, soit 16% de la population. Parmi eux, 67 millions possèdent un smartphone. Les analystes de Knowdys, quant à eux, prévoient une augmentation de 65% des abonnements téléphoniques dans l’intervalle 2015-2020 et un boom du e-commerce au sud du Sahara. 

Pourquoi ne pas alors implanter des marchés virtuels, avec des caractéristiques visuels pour rassurer l'offreur et le demandeur ? C'est de cette question qu'est né le E-Market. 

L'indice du commerce électronique grand public (B2C) établi par la Cnuced, institution spécialisée de l'ONU, classe 151 pays dans le monde, dont 43 pays africains, en mesurant leur aptitude à faire des achats en ligne. L'indice repose sur quatre indicateurs : pénétration bancaire ou d'argent mobile, utilisation d'Internet, disponibilité des serveurs Internet et fiabilité des services postaux. Et, d'emblée, le rapport note une « disparité des indicateurs de base et des achats réels » en Afrique.

Cependant, dans certains pays émergents comme le Gabon, le e-commerce prend du temps pour se développer au vu des nombreux décalages infra structurel et psychologique de la population.
La livraison dans les pays tels que le Gabon demeure un véritable frein car il n'y a pas de numérotation des rues, les routes sont dans un état dégradés avancé alors que les distances sont courtes.

Mis à part cet élément structurel révélé, la bancarisation reste toujours inférieure à 20 % en moyenne ce qui cause un problème car les paiements en ligne se font soit par voie électronique par le biais des cartes bancaires.

Plusieurs faits montrent qu'il faut bien se préparer pour amorcer un véritable réveil électronique en Afrique bien que ce continent soit bien équipés pour certains pays technologiquement, les contours logistiques ne sont pas encore apte à faire le saut vers le monde du E-market.

L'  Equipe Esprit Entrepreneur


Commentaires

Ajouter votre commentaire