Beth Koigi: de l'air à l'eau potable
Jeunesse entreprenante

Beth Koigi: de l'air à l'eau potable

D’après l’Organisation des Nations Unies : en 2030, 47 % de la population mondiale vivra dans des zones à approvisionnement difficile en eau potable. Par ailleurs, l’eau sur Terre se trouve à 97 % sous forme d’eau salée, et seulement 2 % sous forme de glace ou de neige et moins de 1 % des réserves d’eau douce sont présentes sous forme liquide.

Au Kenya, l'accès en eau potable étant difficile, Beth Koigi, victime de la consommation d’eau sale et contaminée durant ses études universitaires au Kenya, décide de créer son propre filtre. Consciente qu’il y’a 6 fois plus d’eau dans l’air que toutes les rivières, elle décide alors de transformer l'air en eau potable.

Son entreprise, Majik Water, basée à Nairobi développe des générateurs alimentés par des panneaux solaires pour transformer l'humidité de l'air en eau. Elle a vendu aujourd'hui  plus de 5 000 filtres au Kenya depuis 5 ans.

 Au Kenya, 12 millions de personnes sont concernées par ce problème d'accès à l'eau potable. Elle veut donc son action plus sociale qu'économique. 

Majik Water, qui ne dispose encore d’aucun investisseur et son approvisionnement financier ne tient que sur les différentes récompenses récoltées avec ses différentes victoires à des concours d'innovation. Beth Koigi en remporté à 27 ans :  le prix Tech Entrepreneur du Le Forum annuel des femmes africaines sur l’innovation et l’entrepreneuriat (AWIEF), le prix EDF Pulse, le prix Oxford Innovation Fair et le prix MIT Water Innovation.

Majik Water est en lice pour un autre prix, celui de la Royal Academy of Engineering Afrique 2019. Une victoire à ce concours contribuerait largement au financement de Majik Water. 

L' Equipe Esprit Entrepreneur


Commentaires

Ajouter votre commentaire